Une jolie jeune fille

19 novembre 2014

fantastique

Elle avait la chair de poule, nue dans la neige qui tombait doucement et adossé contre un vieux chêne. La nuit de pleine lune l’éclairait un peu, mais elle était paniquée par la bête qui approchait. Petit à petit, la bête se révéla être un homme rustre et  gigantesque, avec un visage dur et une barbe dru. Le blond de ses cheveux paraissait fait d’or sale et ses yeux bleus terrifiaient par leurs éclats glacés. Eclat qui était terni par sa barbe et sa peau tanné ou malpropre, probablement les deux. Il était vêtu d’un pantalon en loques et d’un manteau de fourrure grossière. Son pas laissait des traces, profonde dans la neige danse. Arrivé à une dizaine de pas de la jeune fille, il tendit la main vers elle et fit un, deux, trois, quatre pas vers la petite chose que la fillette était à ses côtés. Un pas de plus, et il retira son manteau de fourrure, se retrouvant avec une pauvre chemise sur les épaule, dont la couleur semblait avoir changé trois fois, passant du blanc au taupe puis au rouge sang. Une fois son manteau dans les mains, avec une infinie délicatesse, il le déposa sur les épaules de la petite. Il sembla avoir une grande peur lorsque la fille se releva en s’appuyant contre l’arbre et fit un pas vers lui. Il se mit à crier, perçant le silence velouté : « Non, non, s’vous plaît,  j’ai rien fait ! » En entendant ces paroles, la jeune fille eu un sourire timide et s’avança vers lui, bien plus revigorer que lorsqu’elle était contre l’arbre, nue et seule dans la neige. Tandis que l’homme tendait les mains comme pour se protéger de l’innocente fille qui avançait maintenant avec un sourire franche, elle laissa retomber le manteau de l’homme, dévoilant toute son intimité. Elle avait les cheveux noir d’un corbeau, lui descendant jusqu’aux épaules en une cascade raide  et des yeux de jais, ténébreux et profond. Elle continuait d’avancer avec un grand sourire maintenant et le grand homme reculait de plus en plus vite puis se retourna pour courir et fuir l’innocence qui était en face de lui. La jeune fille avait les cheveux noirs d’un corbeau, lui arrivant à la taille, et des pupilles noir et verticales. L’homme peinait à courir, ralenti par la neige qui tombait maintenant à gros flocons et qui lui arrivait aux genoux, tandis que la fillette se mouvait sans problème, semblait presque n’être qu’une plume sur la neige. La jolie fille commença à rire. Elle avait les cheveux noir d’un corbeau qui lui faisait une descente raide jusqu’aux genoux. Ses yeux blancs ou jaune et ses pupilles verticales semblaient luire dans la pénombre du clair de lune. L’homme se retourna pour mesurer l’avancé de la jolie jeune fille mais il trébucha et tomba de tout son long, la face dans la neige. La jolie petite chose riait aux éclats maintenant, d’un rire si cristallin, si enfantin ! Elle avait les cheveux noir d’un corbeau, lui descendant jusqu’à la plante des pieds et ils s’étaient enroulé autour d’elle à partir de son ventre. L’éclat jaune de ses prunelles de chat avait une beauté dangereuse. Elle continuait d’avancer vers l’homme qui était maintenant sur le dos, tout en riant, riant… ! Elle commença à tendre la main vers lui lorsqu’une panthère aux poils comme les plumes d’un corbeau, aux prunelles jaunes et verticales comme celle d’un chat, se jeta sur l’homme et lui arracha le cœur à grand renfort de bruit et de grognement. La jolie et innocente jeune fille avait disparu.

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
Sol lucet omnibus |
Laptiteyalda |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Clarou08
| Laramarquer
| Peauesie